Chers amis, je vous remercie tous de votre générosité.


A mon arrivée le 5 janvier 2005 au Tamilnadu (Inde), le gouvernement central avait décidé d’attribuer une aide financière d’environ 40 euros par famille. Mes camarades du Periyar Rationalist Movement (Mouvement Rationaliste de Periyar) et moi-même avions constaté que cette somme était très insuffisante par rapport aux besoins vitaux des sinistrés.

Afin de ré-évaluer ces besoins, nous avons enquêté dans plusieurs villages allant de Mudaliarkuppam (se situant à 30 km au nord de Pondichéry) à Pumbugar (à 100 km au sud de Pondichéry). Nous étions 15 personnes à enquêter et à rencontrer les différentes communautés qui y vivaient.

Le Mouvement Rationaliste de Periyar se bat depuis un siècle pour abolir le système des castes, c’est pourquoi aujourd'hui il est expert en la matière. C'est grâce à leurs connaissances qu'e ses membres ont pu, une fois de plus, déceler le rôle négatif du système des castes dans la distribution des aides :

- le gouvernement avait ordonné à la police et aux officiers de confisquer tous les produits ramenés par les ONG. Ce sont des images que vous avez sûrement dû voir à la télévision.

- les produits ainsi confisqués étaient remis aux chefs des villages qui appartenaient, la plupart des cas, à la caste des pêcheurs. Désirant satisfaire leur propre communauté, ils ont tout donné aux pêcheurs. Si le chef, par compassion, voulait aider les sinistrés des autres castes, il risquait de se faire "taper" par sa propre communauté.

Nous avons commencé par identifier les villages les plus touchés, puis par y repérer les familles de "non pêcheurs" sujets à la discrimination décrite précédemment. Nous leur avons acheté ce dont ils avaient besoin.

Le systèmes des castes existe depuis des millénaires, et les pêcheurs ont profité de cette occasion pour montrer leur soi-disant supériorité vis-à-vis de certaines autres castes. Mes camarades ont forcé les responsables à se rendre sur les lieux et à prendre connaissance des inégalités subies par les différentes classes. Cette intervention a provisoirement remis de l'ordre dans les partages.

A vrai dire, les plus défavorisés sont les familles issues de la caste des Intouchables, qui avant même ces sinistres étaient économiquement pauvres. La réalité est que ces Intouchables n'appartiennent à aucune caste. Il s'agit des gens qui sont au plus bas de l'échelle sociale. Notre mouvement travaillant pour l'égalité sociale et ayant pour base les idées de Thanthai Periyar, a su bien gérer l'argent récolté grâce aux amis de France, de Tamilnadu et de Karnataka en Inde. Vous m'avez permis de récolter 2500 euros. 20000 euros ont pu être réunis par mes camarades en Inde.

À Pondichéry, nous avons identifié 30 écoliers âgés de 3 à 18 ans de l' " Immaculate Heart Of Mary Girls Higher Secondary School " et un de leurs professeurs, dont les maisons avaient été détruites par le Tsunami. Voici ce que nous leur avons donné :

tsunami1

aux 30 élèves :


20 ensembles de petites gamelles et assiettes d'une valeur de 8 euros chacun.
10 ensembles de grandes gamelles et assiettes d'une valeur de 5 euros chacun.
des crayons, gommes, stylos, pochettes de géométrie, trousses, sacs à dos pour ces
élèves, d'une valeur de 70 euros.
30 paires de chaussures valant en tout 80 euros.
60 uniformes (2 par élèves) pour 120 euros.

tsunami2


Nous avons repéré à Mudaliarkuppam, 13 familles issues de la caste des Vaniar qui n'ont rien reçu en dehors de l'aide financière gouvernementale. Leurs maisons avaient été détruites. Il nous a été difficile de leur acheter ou d'aller leur apporter du matériel pour des raisons de sécurité. Nous avons été obligés de les faire sortir discrètement du village, et nous avons attribué un montant de 40 euros par famille. Chacun s'est vu offrir une couverture par un de mes camarades.


tsunami4

tsunami5

tsunami3

La région la plus touchée du Tamilnadu est Nagapatinam. Nos camarades y ont recensé environ 500 familles qui n'ont pas reçu d'aides du fait de leur classe sociale. La majorité de cette population fait partie de la caste des intouchables, des " vaniar " ou " calar ". Comme dans nos expériences antérieures, nos camions chargés de matériaux d'aides avaient été confisqués par les responsables prétextant un partage équitable, nous avons été obligé d'envoyer les matériaux d'aides par la poste à Thiruvarur. Nous stockions dans un hangar les colis pour que la population vienne récupérer le matériel suivant d'une valeur de 1200 euros :

- 550 couvertures
- 100 vestis
- 250 lungis
- 350 serviettes

Je vous donne aussi la liste qui suit, financée par mes camarades du Tamilnadu et Karnataka (Karnataka Tamizhar Peravai) pour ces 500 familles :

- 1000 assiettes
- 1000 verres
- 1000 chemises
- 10 tonnes de riz
- 500 kodams
- 500 cuisinières
- 1000 saris

Nous avons fourni un kit complet de première nécessité. Des 2500 euros financés par les amis de France, il reste actuellement 800 euros.

Le président du mouvement Kolathur Manni Anna prend la responsabilité d'acheter des vêtements pour les enfants de ces familles dont le nombre est en cours de recensement par nos camarades.

J'espère vous avoir apporté les informations nécessaires concernant ce voyage. Si vous avez d'autres questions, n'hésitez pas à me contacter au 06.15.09.86.20 ou gopady@yahoo.com

Le responsable du Thantai Periyar Rationalist Movement de Pondichéry Mr Logu.Ayyappan et Mr Kolathur Mani (Président du Periyar Rationalist Movement, Tamil Nadu) remercient également les amis de France en général et Mlle Elisabeth Balaya en particulier pour l'aide qu'ils ont pu apporter aux sinistrés du tsunami du Tamil Nadu.