L’ Inde, avec plus d’ 1,1 milliard d’ habitants, est composée de 28 états. Chaque état a sa propre langue et ses coutumes.

L’action de notre association se situe dans l’état du Tamilnadu. Au sud-est de l’Inde, il comporte 63 millions d’habitants parlant le Tamoul.

Pour mieux comprendre la situation dans cette région et l’intérêt de notre lutte, nous vous invitons à découvrir:

- la philosophie du respect de soi,

- l'état des lieux,

- et les actions que nous menons pour parvenir à notre but.

 

1. La philosophie du respect de soi.

La notion de dignité humaine fait référence à une qualité inséparablement liée à l’être même de l’homme, ce qui explique qu’elle soit la même pour tous et qu’elle n’admette pas de degrés.

Cela signifie que tout homme mérite un respect inconditionnel, quels que soient l'âge, le sexe, la santé physique et mentale, la religion, la condition sociale ou l'origine ethnique de l'individu en question. Le concept de dignité humaine occupe une place éminente dans les lois internationales des droits de l'Homme, et notamment dans les textes relatifs à la bioéthique, tels que la Déclaration universelle sur le génome humain et les droits de l'homme de l'UNESCO (1997), et la Convention sur les droits de l'Homme et la biomédecine du Conseil de l'Europe (1997). On peut noter une première apparition de cette notion dans le premier article de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme (1948) : « tous les êtres humains naissent libres et égaux en droits et en dignité ».

La philosophie du Respect de Soi consiste à défendre l’idée de la dignité et de l’égalité entre les hommes.

Dans un pays comme l’Inde où la population est ancrée dans l’hindouisme et dans l’idée de la fatalité (théorie du karma), ces notions sont très largement bafouées … depuis des millénaires.

 

2. Le système des castes.

Le système des castes est une application directe des règles de l’hindouisme. Il divise la population en 4 groupes :

1 – Les Brahmanes : les prêtres

2 – Les Kshatriyas : les guerriers

3 – Les Vaisyas : les commerçants

4 – Les Shudras : les ouvriers

Les Intouchables sont hors du système, au plus bas de l’échelle hiérarchique qui est fondée sur l’opposition idéologique entre le pur et l’impur.

Plus un hindou descend dans la hiérarchie des castes, moins il a de droits. Les "Intouchables" sont exclus de la société et ne servent qu’aux tâches les plus indignes.

Certains droits comme l’éducation sont restés réservés aux castes supérieures, et ce depuis des millénaires.

Depuis sa création en 1947, le gouvernement indien lutte contre ces injustices et ces inégalités. Vous devinez que 50 ans ne suffiront pas pour pouvoir changer des “traditions” âgées de 3000 ans!

 

3. Nos projets

Le gouvernement indien, malgré les principaux handicaps que constituent la masse démographique (plus d’1 milliard d’habitants) et la corruption, tente de résoudre ces problèmes de discrimination liés au système des castes.

Mais des milliers de vies sont en question. Des milliers d’espoirs se heurtent à ces traditions millénaires. Nous ne pouvons plus attendre que l’état mène à lui seul cet énorme chantier. A vouloir les aider, certaines mesures ont provoqué l’effet inverse, par exemple l’instauration de la discrimination positive en faveur des castes défavorisées (système de quotas dans l’éducation, l’emploi, etc.). L’intégration sociale des bénéficiaires de ces quotas est parfois difficile avec la lourde étiquette de “SC quota”(scheduled cast: caste inférieure).

Il est aussi possible d’apporter des aides ponctuelles: financières et/ ou médicales, comme le font les associations humanitaires. Mais cette solution à court terme est inadaptée, cette population discriminée restera toujours en marge de la société.

Il faut leur donner le moyen de sortir de cette situation de manière définitive: des moyens d’action efficaces, à long terme.

Nous pensons que la vraie solution est l’Education. S’ils peuvent être diplômés, l’accès à un emploi convenable et l’assurance d’un revenu sûr feront le reste. Or c’est de cette éducation qu’ils sont tous démunis, faute de moyens financiers adéquats. En effet, l’éducation d’un niveau acceptable est uniquement accessible en système d’écoles privées.

De ces constats est née l’idée de construction d’une école proposant une éducation de qualité et accessible à tous. Nous avons alors repéré l’existence du réseau des écoles Thai Tamil Kalvi (l’éducation par la langue maternelle: le tamoul), qui est en parfaite symbiose avec notre vision.

Pour en savoir plus, consultez les liens "projets" et "histoire".